04 Le montage

Regles de base pour le montage

1. D’abord le contenu puis la forme. En principe vous pouvez monter deux images à la suite n’importe comment, si la séquence d’images présente le contenu de manière adéquate. Ne montez jamais deux images à la suite qui forment une bonne transition, mais qui ne tiennent pas compte du contenu.

2. « Kill your darlings ». Peu importe qu’une séquence soit belle ou qu’elle ait demandé beaucoup d’efforts : si elle ne correspond pas à l’histoire, elle doit être supprimée. Faites d’abord un montage sur un « story board ». Avant de commencer à vraiment faire le montage, vous devez deja connaître l’ordre des séquences.

3. N’espèrez pas trop. Si une séquence n’est pas bonne au premier visionnement, elle ne sera pas meilleure au 5ème. Le spectateur ne verra la séquence qu’une seule fois et c’est pourquoi elle doit être bonne du premier coup !

4. Ne coupez pas: Tant qu’ une séquence communique l’ information souhaitée, conservez-la. La seule raison qui justifie un changement de séquence est: un meilleur regard sur le décor, une nouvelle information, ou l’opportunité de représenter la chose sous un autre angle psychologique.

5. Si possible: « cut on movement ». Chaque mouvement dans l’image couvre des « cuts ». Et les meilleures coupes sont celles qui sont invisibles. L’objectif est de détourner l’attention du spectateur de la transition de coupe, même quand les correspondances d’image ne concordent pas exactement: un bon flux d’images efface les problèmes de transition. Adaptez votre montage au rythme de l’action.

6. Début de la séquence et fin avec action. Entrez dans une coupe quand la scène a déjà commencé, ou bien « sortez » une coupe quand elle est encore « vivante ». Une porte déjà à moitié ouverte, une personne qui entre à moitié dans l’image, une voiture qui n’est pas encore entièrement sortie de l’image, etc.… Vous ne devez pas couper au milieu d’un zoom ou d’une mouvement de camera.

7. Eviter les sauts d’image. Le changement de plan, de perspective ou de contours évite les sauts d’image et maintient le suspense. Continuez les mouvements au-delà du point d’intersection. Les « out-going » et « in-coming shots » nécessitent les mêmes axes d’images.

8. Etablir un style de coupe. Le « continuity editing » est une : séquence, qui donne l’impression d’une action ininterrompue. Le Collage/Montage donne l’ impression d’images non reliées. Par rapport à la musique, l’image est souvent indépendante.

9. Différencier délibérément les suites de séquences
– classique: orientation en large plan, ensuite rapprochement vers le noyau significatif.
– séquence magazine: approche pour créer du suspense, ensuite ouvrir
– montage descriptif: découper un bâtiment ou une personne en images individuelles
– montage associatif: deux ou plusieurs éléments donnent ensemble un témoignage
– « Mood-Editing »: plusieurs plans rapprochees (souvent réglage symbolique) avec solution dans un plan large ou au contraire plusieurs plans éloignés (paysages, bâtiments)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s